Think blogally

Un blog. Juste pour voir si ça facilite la vie. L'idée de confier la création et la gestion d'une partie de mes pages web Ó autre chose que mon cerveau même défaillant et mes longs doigts de pianiste imaginaire me fait frémir. Mais il faut bien voir la réalitÚ en face: en ce qui concerne les techniques d'édition sur le web, j'ai dix ans de retard. Je n'ai jamais Úvolué depuis le début. Même Davduf s'y est mis. Ce vieil agitateur, cracheur en rafales d'idées et de mots qui marquent, avait compris avant tout le monde, lui qui nous expliquait Ó l'époque l'importance politique sous-jacente des outils techniques permettant au plus grand nombre de s'emparer enfin du média pour s'exprimer librement. Donc voilà. J'ai installé un logiciel pour faire du blog. Mais c'est juste pour voir, hein. Que l'on n'aille pas raconter que je suis la mode tel un mouton appeuré qui rejoint le troupeau, que j'essaie de faire jeune, ou que je participe Ó l'homogénéisation graphique du web quand tous les sites personnels ressemblent Ó Slashdot, sur trois colonnes avec posts et commentaires. Pas du tout. Je reste un vieux con, un vrai, toujours prêt à expliquer le sens de la vie aux jeunes d'un ton désabusé, ce qui par ailleurs plait énormément aux filles. Mon blog, c'est juste un orteil que je trempe délicatement dans une eau dont j'ai oublié la température. Ca n'est qu'un outil. Mais l'outil change-t-il la fašon d'écrire? La facilité pour publier une phrase d'un clic de souris induit-elle une certaine futilité?

De toute façon, on s'en fout. Un peu de futilité ne me fera pas de mal.





[guillermito a gmail com] - [Home]